Casablanca

Casablanca, une ville hissée au rang de mythe par le film de Michael Curtiz avec Ingrid Bergman et Humphrey Bogart et qui symbolise l’âge d’or du cinéma hollywoodien. Les cinéphiles se souviennent de l’histoire, les autres du visage tendre et nostalgique de l’actrice, que la photographie en clair-obscur d’Arthur Edeson éclaire d’une lumière sombre et brillante. En réalité le film a été presque entièrement tourné dans les studios de la Warner et la ville y tient un rôle cinématographique quasi inexistant. Aujourd’hui, le Casablanca de mon enfance est une mégapole bouillonnante, traversée d’embouteillages et en proie au bruit incessant des klaxons. Mais à la nuit tombée, sur le port, dans la sqala ou les venelles du quartier des Habous, un charme indéfinissable opère. Le chant du muezzin arrête le temps et la ville dessine encore dans la nuit brillante, le visage tendre et nostalgique d’Ingrid Bergman.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s